15 bonnes pratiques pour optimiser le SEO (référencement naturel) de votre site e-commerce
4.6 (91.67%) 12 votes

Le référencement naturel optimisé pour un site e-commerce garantit visibilité, trafic et vente sur internet. En améliorant votre position sur les moteurs de recherche, en particulier Google, vous augmentez vos chances de vendre les produits de votre activité commerciale sur le web. Pour ce faire, il n’y a pas de secret : un site e-commerce n’échappe pas aux règles d’optimisation SEO. Toutefois, celles-ci sont plus complexes que pour les sites non marchands et nécessitent de suivre certaines règles indispensables.

Vérifions ensemble vos bonnes pratiques SEO e-commerce en 15 points incontournables.

 

1. Travaillez vos mots-clés de longue traîne : le secret du référencement e-commerce

Des mots-clés pertinents et bien définis vous apporteront un trafic important sans qu’ils soient trop concurrencés. Concrètement, en se positionnant sur des requêtes moins généralistes, vous capterez moins de prospects mais ils seront plus qualifiés.

Ne perdez pas de temps à placer vos produits sur des mots-clés basiques. Ce sont les mots-clés les plus complexes qui participeront à l’optimisation de votre taux de conversion. Par exemple, vous préférerez vous positionner sur « jean femme skinny bleu clair » plutôt que « jean femme ».

Notre conseil : La longue traine est particulièrement propice au SEO vocal, un élément à ne plus négliger en 2019.

 

2. Les balises Title et MetaDescription

Lorsque vous souhaitez mettre en avant un produit de votre site e-commerce, vous travaillez sur le titre et sa méta-description. Ce sont les premiers éléments que l’internaute voit. Ces balises doivent être attrayantes et uniques pour écarter la concurrence et augmenter votre CTR (Taux de Clics).

La balise Title

Comme son nom l’indique, il s’agit du titre de votre page. Idéalement il ne doit pas dépasser 55 caractères pour ne pas être tronqué par les moteurs de recherche. Celui-ci apparaît dans les résultats de recherche, c’est pourquoi il doit être optimisé pour plusieurs raisons :

  • Premièrement, cette balise Title est prise en compte par l’algorithme de Google. Elle aide à améliorer le référencement de vos produits.
  • Deuxièmement, le Title doit être à la fois descriptif et incitatif. N’oubliez pas que l’objectif est d’attirer l’attention des internautes. Il doit donc contenir a minima le nom du produit et une caractéristique marquante.

La balise MetaDescription

Sa fonction ? Décrire précisément le contenu de la page pour donner envie à l’internaute de cliquer. Elle contient entre 155 et 160 caractères et s’affiche sous le titre de votre fiche produit dans les résultats de recherche. Vous devez soigneusement la rédiger et elle doit contenir votre mot-clé.

Lorsqu’une requête est saisie et que votre fiche produit apparaît dans les résultats : plus elle recevra de clics, meilleur sera votre CTR et par conséquent meilleur sera votre positionnement.

 

3. Optimisez le poids de vos images

Les images sont le plus souvent responsables de la lenteur d’un site ecommerce. Et quoi de plus désagréable qu’une page web qui ne charge pas n’est-ce pas ? Le fait d’optimiser le poids de vos images vous permettra de garantir une bonne vitesse de chargement des pages. Voici deux moyens d’y parvenir :

  • Plus la taille d’une image est grande, plus elle est lourde. Il est donc préconisé de modifier sa taille avant de la charger sur votre serveur. Attention, le fait d’optimiser sa taille directement dans le CMS ne modifiera pas son poids supporté par le serveur.
  • Il existe des plugins sur certains CMS comme Smush Image (WordPress) qui permettent d’optimiser le poids des images. Il est aussi possible d’avoir recours à des outils en ligne gratuits tels que ILoveIMG ou TinyPNG, qui réduisent le poids sans en altérer la qualité.

 

4.   La balise Alt sur les images

Les images de vos produits jouent également un rôle important dans le processus de référencement naturel. Les attributs tels que le nom du fichier et la balise Alt doivent être soignés pour être pertinents aux yeux des moteurs de recherche.

Renommer son fichier : un point essentiel souvent négligé

C’est bien dommage car l’algorithme de Google prend en compte le nom de l’image. Par conséquent, son optimisation contribue à accroître la visibilité de vos pages. Ainsi il est préconisé de personnaliser le nom du fichier. Il doit contenir des mots-clés et décrire le contenu, le tout séparé des tirets du 6.

La balise ALT des images

Un algorithme ne peut pas interpréter le contenu d’une image. C’est pourquoi cette balise est essentielle dans les fiches produits d’un site ecommerce. L’astuce est d’ajouter une description de l’image dans la balise « Alt » qui peut être remplie dès le chargement de l’image sur le logiciel d’édition. Sans accents, ni espaces, la description est semblable au nom du fichier en décrivant le contenu et en intégrant des mots-clés.

 

5. Le temps de chargement d’une page

C’est un fait incontestable pour tout internaute : une page web qui ne charge pas, c’est agaçant… La lenteur nuit à votre SEO, à l’expérience utilisateur et par conséquent à l’acte d’achat.

Prenons pour exemple Amazon, qui estime une perte de 1,360 milliards d’euros en 2016. La cause ? L’augmentation du temps de chargement de 0,1 seconde, ce qui équivaut à une perte de 1% des ventes. (Source : Plezi.com)

Le temps de chargement peut se mesurer grâce à des outils tels que Google Page Speed Insights ou encore Dareboost (qui est français !) Il suffit de rentrer votre nom de domaine, l’outil analyse votre site internet et vous attribue une note de performance. L’outil Google vous éclairera notamment sur des points particuliers à améliorer.

Par ailleurs, voici quelques règles de base pour diminuer de manière significative le temps de chargement de vos pages :

  • Optimiser vos images (nom de fichier, taille, etc.)
  • Compresser vos images
  • Optimiser les fichiers CSS
  • Placer les scripts sous la ligne de flottaison
  • Utiliser la mise en cache de votre navigateur

Notre conseil : Le plus important est le début d’affichage de la page web qui ne doit pas dépasser les deux secondes. Sans quoi, vous risquez la hausse de votre taux de rebond.

 

6. Le rewriting ou la simplification des URL complexes

Vous avez sûrement déjà vu des URL très complexes du type :

« www.votre-site-ecommerce.fr/product_5539616?colour=red&type=short »

Difficile à lire n’est-ce pas ? En plus de n’être pas du tout SEO friendly car sans mots-clés, vous compliquez clairement la tâche à votre internaute qui souhaiterait retourner sur cette page depuis sa barre de recherche.

Nous vous conseillons de créer des URL simples et compréhensibles en les rééditant vous-mêmes. C’est ce qu’on appelle le rewriting, où vous veillerez à ce qu’ils soient lisibles par vos visiteurs et les moteurs de recherche. Les URL doivent être courtes, descriptives et représenter la structure de votre site, tel que l’exemple qui suit :

« www.mon-site-ecommerce.fr/nom-du-produit/ »

ou encore,

« www.mon-site-ecommerce.fr/categorie/sous-categorie/marque/nom-du-produit-couleur-taille/»

Ici, dans les deux cas l’internaute a une idée claire du contenu qu’il va trouver sur cette page. La réécriture d’URL lui permettra ainsi de retrouver facilement la page produit qu’il recherche, comme dans cet exemple :

Notre conseil : Généralement vous ne pouvez modifier que la dernière partie de votre URL, « /nom-du-produit/ ». Il faudra vous rendre dans les réglages généraux de vos URL pour trouver et définir la structure de vos permaliens.

 

7. Soignez vos fiches produits

Pour améliorer votre classement, l’authenticité et la qualité de vos fiches produits sont des éléments essentiels. Nous vous conseillons de bien détailler vos descriptions et d’y insérer vos mots-clés. Des pages produits pertinentes vous démarqueront de vos concurrents. C’est ainsi que vous atteindrez le plus de consommateurs possible.

Plus vous écrivez, mieux c’est ! Google estime l’intérêt d’une page e-commerce à partir de 300 mots. Si vos fiches produits contiennent trop peu de texte, elles ne seront pas indexées.

 

Notre conseil : Ajoutez les avis de vos clients. Trop peu d’e-marchands le font alors qu’il est nécessaire de faire apparaître tous les avis et commentaires de vos consommateurs. Aujourd’hui les visiteurs consultent les avis des autres internautes avant de procéder à l’achat. De plus, les robots de Google les passent en revue également. Vos pages seront régulièrement mises à jour et vote site ecommerce gagnera en visibilité.

 

8. La structure des URL de vos fiches produits

Une page = une seule URL bien structurée.

C’est-à-dire que si vous proposez les mêmes produits dans plusieurs catégories différentes, il est préférable d’opter pour une URL produit indépendante. Les URL produits indépendantes sont des adresses web dans lesquelles le nom du produit suit immédiatement le nom de domaine. Par exemple : « www.mon-site-ecommerce.fr/nom-du-produit/».

Si ce même produit est proposé aux adresses  « www.mon-site-ecommerce.fr/categorie-1/nom-du-produit/ » et « www.mon-site-ecommerce.fr/categorie-2/nom-du-produit/ », cela indique que deux URL pointent vers la même page. Google considère cela comme du contenu dupliqué (duplicate content) au moment de positionner vos produits sur les résultats. C’est très mauvais pour le SEO et cela peut engendrer des pénalités dans certains cas.

Le choix des tirets

Une recommandation explicite de Google est de choisir le tiret du milieu (tiret du 6) plutôt que le tiret du bas (tiret du 8) à intégrer dans votre nom de domaine et vos URL.

Ils servent à séparer les mots de votre adresse web pour deux raisons : la rendre lisible aux internautes et faire comprendre à Google qu’il ne s’agit pas d’un seul mot. Vous écrirez plutôt :

« www.mon-site-ecommerce.fr/categorie-2/nom-du-produit/ »

et non pas

« www.mon-site-ecommerce.fr/categorie-2/nomduproduit/ »

À noter que si le nom de domaine est déjà pris, dans ce cas il est possible de supprimer les tirets ou de choisir un autre nom.

Notre conseil pour soigner la structure de vos URL :

  • Soignez le contenu
  • Intégrez le mot-clé principal
  • Les URL doivent être lisibles par tous
  • Évitez les majuscules
  • Préférez les tirets aux underscores
  • Ajoutez un favicon

 

9. La canonisation des URL : les pages catégories

Connaissez-vous la technique SEO de canonisation ?  Ce processus indispensable aux sites e-marchands, indique à Google quelle page doit être considérée comme une copie principale d’une page web. Lorsque le contenu de deux pages est quasi similaire, cette technique évite le duplicate content qui est très mauvais pour le référencement naturel comme on l’a vu plus haut.

Pour indiquer aux moteurs de recherche qu’une page est une copie d’une autre, voici le code à insérer généralement sous la balise <head> ou <title> :

<head>

<link rel= « canonical » href=http://mon-site-ecommerce.fr/page-1.html »>

Cet URL est canonique, c’est-à-dire l’URL principale, celui auquel Google doit se référer. Les autres pages seront des duplicatas de cette page de référence.

Prenons pour exemple une page catégorie d’un site de jeans. Les filtres facilitent le visiteur pour trouver ce qu’il recherche, or ils génèrent d’autres pages avec des URL propres ce qui crée des contenus dupliqués. C’est là qu’intervient la balise canonique en indiquant à Google que toutes les pages appartiennent à la même page catégorie.

L’URL canonique est celle de la page catégorie avant que les filtres ne soient ajoutés. C’est toujours celle-ci qui apparaîtra dans les moteurs de recherche.

 

10. La canonisation des URL : Les pages produits

Ce processus intervient également pour les pages produits qui proposent des variantes d’un même produit. Par exemple un jean proposé en bleu et en noir entraînera deux URL. Ces pages seront quasiment identiques, c’est pourquoi le recours à la balise canonique est aussi recommandé.

 

11. La pagination de vos pages catégories

Dans le ecommerce, lorsqu’un catalogue contient un trop grand nombre de références, les pages sont alors numérotées pour éviter le scroll infini. C’est ce qui permet de séquencer le contenu d’une même page. Or, on se retrouve face à un problème : les listings de produits sont différents mais les pages sont très similaires.

Nous vous conseillons de revenir à la technique de canonisation. À la différence que l’on n’utilisera pas la balise rel= « canonical » mais les balises rel= « next » et rel= « prev ».

Vous ajouterez ainsi sur la Page 1 la balise : « rel= « next » href=URL de la Page 2 ».

Google vous aide à mettre en place ces balises avec la Search Console Help.

 

12. Créez un maillage avec des liens internes

Une règle d’or en SEO, et particulièrement dans le ecommerce : le netlinking interne. Vos pages doivent contenir plusieurs liens internes. D’une part parce qu’ils améliorent la navigation sur votre site, d’autre part pour faire bénéficier vos pages faibles de la notoriété de vos pages fortes. Par l’intermédiaire du blog par exemple, vous pouvez implanter des liens internes vers des pages produits de votre boutique.

Notre conseil : Faites des liens depuis votre page d’accueil vers les pages stratégiques du moment. Si vous souhaitez par exemple mettre en avant des produits pendant une certaine période, cette méthode boostera votre SEO.

 

13. Le blog : votre atout de content marketing

Une stratégie particulièrement efficace pour booster le référencement des sites marchands. Notamment par la mise à jour régulière des contenus et leur optimisation avec des mots-clés de longue traîne. Vous drainerez des visiteurs sur votre site web et toucherez même un nouveau public qui sera sensibilisé par votre expertise et vos conseils.

Notre conseil : Inspirez-vous des questions fréquemment posées sur vos produits. Vous aurez de la matière pour écrire vos articles de blog.

 

14. Pensez Mobile First

Le rapport de la FEVAD sur le ecommerce en 2016/2017 révèle que les français achètent davantage sur smartphone. Le chiffre d’affaires de cette période s’élevait à 11,2 milliards d’euros sur les 72 générés par le ecommerce français.

Aujourd’hui, selon le Global Commerce Review de Criteo, le nombre de transactions sur smartphones en France est en croissance de 33% entre 2017 et 2018. Un chiffre dont les e-marchands doivent tenir compte dans leur stratégie de développement ecommerce en 2019.

La décision prise par Google en mars 2018 de lancer son algorithme de positionnement Mobile-First Indexing (MFI), est sans nul doute une conséquence directe de ces études. Plus question de stratégie « Mobile Friendly ». Désormais, la capacité à répondre aux requêtes des internautes sur mobile est devenue LE critère principal d’un bon référencement naturel.

 

15. Utilisez les réseaux sociaux

Les plateformes social media facilitent le partage de contenus BtoC et CtoC. Nous connaissons déjà les facultés de Twitter en tant que SAV et celles de Facebook en tant que boutique virtuelle sur Pages… Pourquoi pas exploiter le potentiel de Pinterest ?

En partageant vos produits sur ce réseau social, vous augmenterez la conversion sur votre site. De plus, chaque produit enregistré par un internaute crée un nouveau lien entrant vers votre boutique en ligne.

 

2019 pour le ecommerce : La clé du succès réside dans le SEO du m-commerce

On l’a vu plus haut, Google favorise désormais les boutiques en ligne Mobile First dans son algorithme de positionnement. Mais quels sont les critères à prendre compte en tant que ecommerce, dans son référencement naturel pour le m-commerce ? Ils sont de l’ordre esthétique et fonctionnel, se concentrant sur l’expérience utilisateur mobinaute tels que :

  • La taille du texte
  • CTA adaptés
  • L’optimisation des formulaires
  • L’optimisation du contenu pour le SEO vocal
  • L’ultra-personnalisation de l’expérience

La personnalisation des services (réalité augmentée) et la personnalisation du service client comme l’utilisation des chatbots (découvrez notre liste des 15 meilleurs chatbots sur messenger), sont tout autant de bonnes pratiques pour fluidifier l’expérience utilisateur et accroître votre référencement naturel Mobile First en 2019.