Comment anticiper la future chute de trafic annoncé par Facebook pour les pages entreprise ?
4.6 (91.43%) 7 votes

Avez-vous lu la dernière note du géant Facebook intitulée « helping make sure you don’t miss stories from friends » ?

Ce petit article semble être passé inaperçu aux yeux du grand public mais les community managers, eux, l’ont bien remarqué et cela les rend furieux.

Qu’en est-il au juste ?

Pour résumé, alors que le reach des pages Facebook continue de baisser depuis quelques années, le réseau social de M. Zuckerberg annonce qu’il va poursuivre dans cette voie, notamment en ce qui concerne les pages Entreprise.

Est-ce l’heure d’une nouvelle modification de l’algorithme ?

Il semblerait que oui puisque Facebook essaie de revenir à ses valeurs originales, à savoir maximiser la présence des amis dans le fil d’actualité.

Comprendre la chute de trafic sur Facebook

Lorsqu’on parle de reach Facebook, on désigne habituellement la capacité d’une marque ou d’une entreprise à toucher ses fans lorsqu’elle publie un article ou effectue un post organique, c’est-à-dire qu’il n’y a aucune connotation d’achat publicitaire.

Par exemple, un taux de reach Facebook de 10% indique qu’un 1 fan sur 10 de l’entreprise est potentiellement capable de voir la publication de l’entreprise sur son fil d’actualité.

Trafic facebook impacté par la mise à jour de l'algorithme

Trafic facebook impacté par la mise à jour de l’algorithme

Actuellement, ce taux serait déjà inférieur à 8.

Les pages Facebook pour les entreprises vont subir cette baisse de trafic dans les mêmes proportions et ce sont les pages qui partagent des liens qui seront singulièrement touchées par cette mise à jour.

Le but est toujours le même : faire en sorte que les utilisateurs puissent voir en priorité les publications de leurs amis.

Quel impact pour les pages Entreprise ?

C’est une première pour Facebook puisqu’elle annonce clairement que les pages Entreprise seront aussi impactées par cette chute de trafic.

Facebook pense que les pages Entreprise qui ne sponsorisent pas leurs publications auront une double diminution, à savoir celle du reach organique et celle du trafic.

Mais le géant du web cherche à nuancer ses propos : tout dépendra du type d’audience des pages.

En effet, une page ayant la majorité de son trafic grâce à des partages de publications dans le fil d’actualité des utilisateurs sera moins impactée qu’une page ayant son trafic uniquement par ses abonnés.

Pour résumer, Facebook incite les community managers à publier du contenu que leur audience sera en mesure de partager et non seulement d’apporter un simple « j’aime ».

Comment anticiper cette chute de trafic ?

Facebook considère que le « like-baiting » (incitation à cliquer sur le bouton « j’aime ») est en moyenne moins pertinent qu’une simple publication récoltant des commentaires et des partages.

Pour cela, Facebook cherche inévitablement à réduire l’empreinte des entreprises pour mieux les encourager à utiliser la publicité payante pour obtenir le reach dont elles ont besoin.

Pour contrer la baisse de visibilité et de trafic, il existe une voie toute tracée : les entreprises doivent opter pour l’achat publicitaire.

Même si la question de la relation qualité du « j’aime » obtenue et du coût se pose avec les publicités payantes, il n’en demeure pas moins que l’acquisition naturelle de fans via le reach organique donne plus de chances d’obtenir des utilisateurs de qualité.

Toutefois, il faut être vigilant car les utilisateurs obtenus via des campagnes publicitaires Facebook semblent différents des utilisateurs lambdas du réseau social.

Cela pose donc la question de leur provenance.

Une autre problématique pour les entreprises comme pour Facebook est l’arrivée de bloqueurs de publicités : en effet, depuis quelques mois, des bloqueurs tels que Purify, Peace ou Crystal permettent de bloquer la publicité sur les smartphones et tablettes.

Quelle solution préconiser ?

Est-ce que les entreprises doivent encore s’engager dans des campagnes de communication et de marketing sur le réseau social numéro 1 dans le monde ?

La question semble être inscrite dans la question, n’est-ce pas ?

En effet, la question de savoir s’il faut ou non pour une entreprise être présente sur Facebook ne se pose pas car le réseau social demeure incontournable, il reste indispensable pour toute stratégie de marketing (plus d’infos) et de communication de qualité.

Mais, désormais, les entreprises savent une chose, il ne faut pas (ou plus) mettre tous ses œufs dans le même panier.

Les stratégies de communication vont devoir être envisagées au cas par cas en prenant compte les différents mediums possibles comme le Facebook organique, le Facebook payant avec sa publicité, le moteur de recherche Google, Google Adwords, etc.

Facebook seul ne suffira plus, il faudra travailler sur l’aspect multi-canal et adapter le contenu d’une campagne publicitaire avec le media le plus approprié.

Même si beaucoup d’entreprises et de marques commencent par critiquer Facebook pour sa limitation du reach et la chute du trafic, il n’en reste pas moins que Facebook est « the place to be » pour générer une grande quantité de trafic vers un site Web.